Switch language

Recherche

 

Les recherches menées par ACTION se structurent autour de 5 workpackages  (WP) et de 5 démonstrateurs (DEMO) :

  • Les WPs correspondent aux 5 axes scientifiques majeurs du Labex ;
  • Les DEMOs visent la réalisation de systèmes de démonstration illustrant des applications possibles des travaux du Labex

Ces 10 groupes de travail peuvent par ailleurs être sources de nouvelles idées de développements ou de fonctionnalités permettant de répondre aux besoins.

 

 

 

Le programme scientifique du Labex ACTION repose sur 3 thématiques principales :

Etude et conception de matériaux programmables 

Matériaux actifs ou passifs tels que les matériaux piézoélectriques ou magnétostrictifs, les cristaux liquides, les alliages à mémoire de forme etc. Les objectifs poursuivis dans le cadre du Labex consistent à étudier les moyens d'en modifier les propriétés par une structuration artificielle appropriée en vue d’obtenir de nouvelles fonctions "intelligentes".

Exemples : cristaux phononiques ou photoniques, couches moléculaires auto-organisées, etc.
 

Applications possibles :

  • Filtres optiques, composants RF ultra-intégrés,
  • Matériaux d’insonorisation  à hautes performances,
  • Matériaux aux propriétés diélectriques exaltées,
  • Matériaux et composants présentant des comportements non linéaires optimisés "sur mesure".

 

Etude et conception de structures métacomposites

Développement de structures intégrant une mixité de composants passifs/actifs distribués, capables d’exécuter des fonctions innovantes.

 Nous pouvons mentionner par exemple:

  • Les peaux intelligentes, composées de tissus intégrant des capteurs capables de détecter des signes vitaux du corps humain,
  • Les puces de microprocesseurs/traitement d’information qui peuvent être considérées comme des métacomposites puisqu’elles sont également capables d’exécuter des taches complexes telles que le routage ou le multiplexage de signaux optiques,
  • Les panneaux actifs pour la réduction active ou passive du bruit acoustique...

 

Développement de nouvelles architectures de contrôle

Il s'agit d'architectures qui s’appuient sur des concepts de pointe en sciences de l’information (par exemple le contrôle distribué) et qui permettent de doter des objets/structures de fonctions auto-reconfigurables ou auto-ajustables.